Rechercher

Incarne la confiance!



« Fais pas ci, fais pas ça, mange ta soupe et tais-toi, tu n’es qu’un bon à rien je te le dis pour ton bien, si tu ne fais rien de meilleur, tu finiras balayeur, à dada prout prout cadet, à cheval sur mon bidet ! »

Cette vieille chanson de Jacques Dutronc de 1968, est symptomatique de ce qui est, depuis la petite enfance (des injonctions parentales aux dictats sociétaux) incrusté profondément en chacun de nous.


De manière insidieuse, le virus du doute, de la négation de soi et de ses émotions se répand en silence. Ces injonctions nous construisent, nous forgent, dans l’annihilation de nos émotions, de nos sentiments et parfois même de cette confiance en nous ; ce joyaux, source de notre vrai potentiel.


S’en suivent les notes scolaires et les humiliations possibles du classement, de notre différence, des enfants rejetés, exclus, des mauvais en classe ou des trop bons élèves, des différends, des trop sensibles, des excessifs, des trop timides, des maladroits…. A chacun son lot de petits et grands traumatismes qui ont eu raison de cette croyance et de cet amour en nous.


La confiance vient du verbe confier : cum : avec, et fidere : fier, on s’abandonne complétement à l’autre et à sa bonne foi. C’est un mot qui est étroitement lié par son étymologie à confidencia, la foi, la croyance. Peut-on avoir confiance en l’autre sans avoir en premier lieu confiance en soi ? La confiance est définie comme un sentiment, conscience de sa propre valeur dans laquelle on puise une certaine assurance.


Et si justement avec le coaching on apprend à reconnaître nos propres valeurs, ce qui nous anime profondément, c’est pour de nouveau s’émerveiller de notre potentiel et se remplir à la source de notre assurance.


Bien sûr, en grandissant, on manœuvre avec ces étiquettes qu’on nous a collé depuis tout petit, on calme comme on peut nos émotions, on tait nos ressentis et notre peine. Adulte, il peut arriver parfois, et avec étonnement, qu’on se prouve le contraire de ce qu’on pensait de nous-même. Que finalement on est plus courageux que ce que l’on croyait. On se pensait timide maladif jusqu’à la fin de nos jours mais par la force des choses, ou avec du travail et de la persévérance, on finit par s’étonner d’être finalement à l’aise en public.


Mais honnêtement, qu’est ce qui nous retient et nous empêche de voir plus grand, de vivre plus intensément ou d’accomplir ce qui nous parait aujourd’hui impossible ?


Il peut y avoir, bien sûr l’absence d’envie, « je suis bien comme ça et ce que j’ai me satisfait ». Il peut aussi s’avérer que l’on ne s’est jamais posé la question ? « La vie est déjà bien compliquée, moi je n’ai jamais réfléchi à ces questions, déjà j’essaie de joindre les deux bouts alors si en plus je me posais des questions, on ne s’en sortirait pas ! », mais parfois même sans vouloir réfléchir à qui nous sommes et ce qu’avoir confiance en nous apporterait de plus, l’inconscient peut crier fort sa douleur de ne pas accepter ce statu quo. Et cela peut se transformer en douleur physique. Il y a eu un « mal à dire », qui se transforme en « maladie ».


Il faut du courage pour gagner sa confiance, pour l’incarner. Se regarder avec bienveillance, aimer ce que l’on est, reconnaître nos comportements, nos faiblesses, mais surtout sentir que nous avons le pouvoir d'incarner cette conviction, d’être sûr de nos choix, d’être déterminé et serein.

Mais au-delà, se sentir digne d’être aimé, trouver sa voie et être heureux.


Cela ne s’acquiert pas en quelques minutes, ni quelques semaines, il faut écouter son intuition, apprendre à se reconnaître, calmer ses peurs, évaluer les risques, comprendre avec justesse ce que l’on aime vraiment, accepter que cela ne plaise pas aux autres et petit à petit agir, tester, apprécier, se féliciter des petites victoires et aller de l’avant.


Voilà l’ambition que j’ai pour vous, par le coaching : aboutir à un résultat tangible, mesurable, qui n’a d’ailleurs pas de prix, par la connaissance de soi et la foi en soi!


« Il ne faut avoir aucun regret pour le passé, aucun remords pour le présent, et une confiance inébranlable pour l'avenir. » (Jean Jaurès)


Et pour construire cette confiance n’hésitez pas à me contacter pour une séance d’essai gratuite :